UNAIDS / 12 août 2015

Notre avenir, c’est aujourd’hui.

Charlize Theron, fondatrice de Charlize Theron Africa Outreach Project et Messagère de la paix à l’ONU


TRADUCTION

Pourquoi avez-vous décidé de concentrer votre philanthropie sur le sida?

Je ne me souviens pas d’un moment où le sida n’était pas présent dans ma vie. En Afrique du Sud, je voyais son impact tout autour de moi – nos voisins étaient malades, les communautés avaient peur, et les gens avaient du mal à obtenir des médicaments pour leur traitement. La stigmatisation qui entoure la maladie était brutale. Mais peu à peu, d’année en année, notre pays s’est transformé en raison de l’activisme et du soutien du gouvernement sud-africain et de la communauté mondiale. Maintenant, l’Afrique du Sud a le plus grand programme de traitement tout partout, et le monde est sur le point de voir notre première génération sans VIH. En si peu de temps, avec une maladie tellement complexe, nous avons parcouru tellement de chemin que quiconque ne peut imaginer, mais n’avons pas encore fini. Nous ne pouvons pas arrêter avant d’avoir battu vraiment cette épidémie, c’est pourquoi ce travail est lae centre d’intérêt de Charlize Theron Africa Outreach Project (CTAOP). Travailler avec des partenaires sur le terrain, nous voulons faire tout notre possible pour s’assurer que les jeunes ne soient pas infecté par une maladie que nous savons prévenir.

Quels sont certains des défis auxquels font face les jeunes en Afrique aujourd’hui?

C’est inadmissible que les adolescents soient le seul groupe qui n’a pas vu une baisse des décès liés au sida au cours des dernières années. En fait, le sida est le tueur numéro un des adolescents en Afrique, et le tueur numéro deux des adolescents à l’échelle mondiale. Les jeunes femmes et les filles sont particulièrement touchées. Ils sont souvent contraints d’abandonner l’école, d’échanger des faveurs sexuelles pour de l’argent ou de se marier jeune. Imaginez la vie d’une jeune fille face à la violence et à l’abus. Chacune de ces expériences augmente leur vulnérabilité au VIH. En Afrique du Sud, les adolescentes représentent plus de 70% de toutes les nouvelles infections au VIH – environ 400 par semaine. C’est un scandale. Nous devons agir rapidement, avec acharnement et collectivement pour inverser cette tendance.

Qu’est-ce qui t’inspire?

Je suis inspiré par beaucoup de choses. Voyant un jeune garçon timide levant la main dans une classe d’éducation sexuelle pour la première fois, et de voir des moments de témoignages où les barrières sont brisées et les différences entre les gens ne sont pas craintes mais célébrées. Nkosi Johnson demeure une grande source d’inspiration pour moi. Durant sa courte vie, il a enseigné au monde quelque chose que seul un enfant de 12 ans pourrait faire – dans toute son innocence, il nous a rappelé que nous sommes tous les mêmes.

Je veux une génération sans VIH pour être l’héritage de notre génération, et pour que nous vivions dans un monde qui embrasse ce que Nkosi représentait – l’égalité, la compassion, l’amour. Un avenir sans SIDA peut être notre avenir, mais tout dépend de ce moment critique dans le temps. Nous avons une fenêtre d’opportunité qui ne restera pas ouverte éternellement. Soit nous intensifions nos efforts et mettons fin au sida, soit nous assistons à l’inversion des gains durement acquis et voyons des millions de vies touchées.

Peu importe si nos actions sont grandes ou petites, nous avons tous le pouvoir de rendre notre monde meilleur – de sensibiliser et d’augmenter les ressources et de plaider pour toute personne sans voix. Mon inspiration est entraîné par le jour où cette génération de jeunes sera habilité à mener une vie saine et productive, et quand un avenir sans SIDA ne sera pas demain, mais aujourd’hui.

(Traduction par Jujualias, merci de ne pas copier.)

Liens: http://www.whitetablegallery.org/ et http://www.unaids.org/fr

————————————————————————

ORIGINAL

Our future, today.

Charlize Theron, Founder of the Charlize Theron Africa Outreach Project and UN Messenger of Peace

Why did you decide to focus your philanthropy on AIDS?

I can’t remember a time when AIDS wasn’t a presence in my life. As a South African, I saw its impact all around — our neighbours were sick, communities were scared, and people struggled to get drugs for treatment. The stigma surrounding the disease was brutal. But slowly, year by year, our country transformed because of activism and the support of the South African Government and the global community. Now, South Africa has the largest treatment programme anywhere, and the world is on the cusp of seeing our first HIV-free generation. In such a short time, with such a complex disease, we have come further than anyone could imagine, but we are not finished yet. We can’t stop fighting before we truly stop this epidemic, which is why this work is the focus of the Charlize Theron Africa Outreach Project. Working with partners on the ground, we want to do everything we can to ensure young people don’t become infected with a disease we know how to prevent.

What are some of the challenges facing young people in Africa today?

It’s unconscionable that adolescents are the only group that has not seen a decline in AIDS-related deaths in recent years. In fact, AIDS is the number one killer of adolescents in Africa, and the number two killer of adolescents globally. Young women and girls are especially hard hit. They are often forced to drop out of school, to exchange sex for money or to marry young. Imagine the life of a young girl faced with violence and abuse. Each of these experiences increases their vulnerability to HIV. In South Africa, adolescent girls account for more than 70% of all new HIV infections — approximately 400 per week. It’s an outrage. We must act swiftly, fiercely and collectively to turn this around.

What inspires you?

I am inspired by many things. Seeing a young boy shyly raising his hand in a sex education class for the first time, and witnessing moments when barriers are broken down and people’s differences are not feared but celebrated. Nkosi Johnson remains a great inspiration to me. In his short life, he taught the world something that only a 12-year-old could — in all his innocence he reminded us we are all the same.

I want an HIV-free generation to be the legacy of our generation, and for us to live in a world that embraces what Nkosi stood for — equality, compassion, love. An AIDS-free future can be our future, but everything hinges on this critical moment in time. We have a window of opportunity that won’t stay open forever. Either we intensify our efforts and end AIDS, or we witness the reversal of hard-won gains and see millions of lives impacted.

No matter how big or how small our actions are, we all have the power to make our world better- to raise awareness and resources and to advocate for anyone without a voice. My inspiration is driven by the day when this generation of young people is empowered to lead healthy, productive lives, and when an AIDS-free future is not tomorrow but today.

Liens: http://www.whitetablegallery.org/ et http://www.unaids.org/fr

Source: https://medium.com/