Elle Australie / 5 août 2016

ELLE Interview: Pati Dubroff

5 août 2016
Par Amber Elias

Connu pour son travail sur le tapis rouge, l’artiste maquilleuse Pati Dubroff a récemment participé à son premier long métrage, ‘The Huntsman: War Winter’, avec (sans surprise) de beaux résultats.

Actuellement en tournée de presse avec la star de ‘Suicide Squad’, Margot Robbie’, la maquilleuse de célébrités Pati Dubroff a pris un moment pour discuter avec ELLE sur le fait d’avoir créé les looks pour la femme de pouvoir la Reine Ravenna, jouée par Charlize Theron dans ‘The Huntsman : Winter’s War’. Travailler avec Charlize dans le film est venu naturellement à Pati, car les deux ont une longue histoire de partenariat lors d’ événements de tapis rouge et de shooting pour la presse. En fait, c’est Charlize qui a recruté Pati pour ce rôle.

ELLE: Comment avez-vous choisi le maquillage de Charlize pour son personnage Ravenna?

Pati: Quand Charlize m’a demandé de faire le film, elle m’a demandé de penser à cela comme si nous faisions un éditorial de mode, de sorte que chaque scène, chaque tenue, aurait son propre genre d’image et pour aller plus loin. En entendant cela, cela m’a excité à l’idée de faire un film parce que je ne dois pas m’inquiéter tellement quant à la continuité d’un personnage, c’était la création de grands et géants moments [avec les cheveux et le maquillage] pour aller avec ces costumes incroyables que Colleen Atwood a créé.

Son maquillage a toujours été basée sur le costume et l’humeur, selon le niveau de tromperie sournoise de Ravenna qui entrent en jeu avec le maquillage. Dans la scène d’ouverture où elle joue aux échecs avec le roi, nous voulions qu’elle soit vraiment pure, donc il n’y avait pas de trace de mal; elle était juste cet être le plus pur et rayonnant. Les choses se passent, le mal apparaît et c’est plus évident. Ses yeux sont plus sombre et smoky, et le sang noir émane de sa bouche.

ELLE: Le maquillage a de tels pouvoirs de transformation – quel rôle pensez-vous qu’il joue dans le fait d’aider un acteur à entrer dans le personnage?

P: Absolument. Je regardais Charlize quand nous faisions le maquillage et elle arrivait desfois en disant: «Plus, plus, plus sombre, plus sombre » – je verrais sa connexion avec cette réflexion d’elle-même dans le miroir. C’est vraiment drôle; dans le film, le miroir donne aux gens la perception d’eux-mêmes. Il y avait des humeurs que le maquillage exprimait, que ce soit une pureté douce, ou faire semblant d’être la pureté douce ou quelque chose qui était purement méchant, il n’y avait pas à le cacher. C’était tout ce qu’il y a sur son visage. Je pense que les femmes peuvent prendre exemple sur ca: la façon dont elles font leur maquillage est la façon dont elles veulent que le monde les perçoit. Tout le monde joue un rôle tous les jours; cela dépend du genre de costume que vous mettez, et votre visage est une partie de ce costume.

________________________________________

ORIGINAL

Known for her work on the red carpet, makeup artist Pati Dubroff recently took on her first feature film, The Huntsman: Winter’s War, with (unsurprisingly) beautiful results

Currently on a press tour with Suicide Squad star Margot Robbie (did you see that vampy lip?), celebrity makeup artist Pati Dubroff took a moment to chat with ELLE about creating the looks for the steely Queen Ravenna, played by Charlize Theron in The Huntsman: Winter’s War. Working with Charlize in the film came naturally to Pati, as the two have a long history partnering together for red-carpet events and editorial shoots. In fact, it was actually Charlize who recruited Pati for this role.

ELLE: How did you decide on Charlize’s makeup looks for her character Ravenna?

Pati: When Charlize asked me to do the film she asked me to think about it as if we were doing a fashion editorial, so that each scene, each outfit, would be its own kind of image and to push it really far. Hearing that, it made me excited at the prospect of doing a film because I didn’t have to worry so much about continuity of character, it was about creating big, giant moments [with hair and makeup] to match these incredible costumes that Colleen Atwood came up with.

Her makeup was always based on the costume and the mood, depending on Ravenna’s level of devious deception that would come into play with the makeup. In the opening scene where she’s playing chess with the King, we wanted her to be really pure, so there was not a trace of evil; she was just this most pure, radiant being. As things go on, her evil comes out and is more obvious. The eyes would get darker and smokier, and black blood would be emanating from her mouth.

ELLE: Makeup has such transformative powers – what role do you think it plays helping an actor get into character?

P: Absolutely. I would watch Charlize as we were doing makeup and she would sometimes say, “More, more, darker, darker” – I would see her connecting with that reflection of herself in the mirror. It’s really funny; the film is really about the mirror that gives one their perception of themselves. There were moods the makeup was expressing, whether it was a soft purity, or pretending to be soft purity or something that was pure wicked there was no hiding it. It was just all there on her face. I think women could take away from that: how they do their makeup is how they want the world to perceive them. Everyone’s acting every day; it depends what kind of costume you put on, and your face is part of that costume.

The Huntsman: Winter’s War is out on DVD now.

Source: http://www.elle.com.au